Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/01/2009

Le syndicat automobile US fait de la résistance

Alors qu’on vivait cette semaine l’investiture et les premiers jours de l’ère Obama, déjà beaucoup d’espoirs et autant de pression se portent sur les épaules du 44ème président des Etats-Unis. Premier sur la liste : les différents acteurs du marché automobile, des lobbys du secteur aux grandes marques de voiture U.S. en passant par les ouvriers et le principal syndicat, l’UAW.

USA1.JPG

Le syndicat automobile américain United Automobile Workers (UAW) souhaite que les Etats-Unis mènent une politique commerciale plus protectionniste afin de soutenir les constructeurs américains en difficulté. C’est ce qu’a déclaré son président, Ron Gettelfinger, estimant que le déficit commercial des Etats-Unis dans le secteur automobile devrait atteindre "plus de 100 milliards de dollars". Mercredi soir, lors d'une conférence organisée par le magazine Automotive News à Detroit, il a plaidé pour une politique commerciale "équitable". Selon lui, elle seule permettrait aux constructeurs américains de retrouver leur santé financière.

M. Gettelfinger a tenu un discours très protectionniste, évoquant à demi-mot des griefs à l’encontre des nations asiatiques et européennes : "Nous devons agir pour rénover un système d'échanges défaillant (...) Nous ne pouvons plus nous permettre d'avoir le marché le plus ouvert au monde, alors que les autres pays profitent de manipulations monétaires et de barrières non-tarifaires pour se fermer aux voitures américaines".


Le président de l’UAW, très en verve ce soir-là, déclara ne pas être opposé au commerce équitable tout en estimant que "le libre-échange est une fiction". Confiant envers Barack Obama, il apprécie que son administration aille "va dans le bon sens", convaincu qu’"augmenter le pouvoir d'achat (des ouvriers) conduira à de meilleurs ventes automobiles". Il s'est également dit "prêt" à reconsidérer les conditions posées par l'Etat fédéral en échange de son aide aux constructeurs, notamment l'exigence de négocier avec les syndicats pour faire baisser leurs coûts de production.


En décembre, l'UAW avait fait un premier pas en acceptant l'élimination de la disposition qui permet aux salariés en chômage technique de recevoir leur salaire.


Avant de terminer son intervention, Ron Gettelfinger abat une dernière carte et dénonce l’attitude de certains Etats comme l'Alabama, qui accorderaient selon lui des subventions à des constructeurs étrangers pour les inciter à implanter leurs usines. Une pratique qu’il juge bien sûr, déloyale et non-concurentielle.


Obama a du pain sur la planche…

Les commentaires sont fermés.