Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/01/2009

Toyota ou le leadership empoisonné?

Toyota numéro un mondial.jpgLe constructeur japonais Toyota a ravi à l'américain General Motors (GM) la couronne de numéro 1 mondial sur le marché automobile. Mais ce sacre fut arraché au prix d'une expansion effrénée qui se retourne aujourd'hui cruellement contre le nouveau roi.

Après avoir conservé de justesse son titre de leader en 2007, General Motors s'est incliné en 2008, année au cours de laquelle il a vendu 8,35 millions de véhicules dans le monde, contre 8,97 millions pour Toyota. Le géant japonais s'est bien gardé de célébrer cet événement, alors qu'il est confronté comme tous ses concurrents à la déconfiture du marché. Pour l'exercice 2008-2009, qui se termine fin mars, Toyota prévoit de subir la première perte d'exploitation de son histoire ainsi qu'une chute de ses ventes de 15,4%. Il va en outre remplacer son PDG en juin.

"Etre numéro un en termes de taille n'a jamais vraiment été notre but. Notre objectif principal est d'être le numéro un en termes de qualité et de service au client", a récité jeudi le porte-parole de Toyota Paul Nolasco. "Devenir numéro un en termes de ventes n'est pas très réjouissant pour Toyota. Il n'y est pas parvenu parce que ses ventes ont augmenté, mais parce que GM a fait encore pire", fait remarquer Mamoru Kato, analyste automobile. En 2008, les ventes mondiales en volume de Toyota ont en effet reculé de 4%, et celles de GM de 11%.

La consécration de Toyota clôt cinq années d'investissements effrénés, au cours desquelles le groupe a augmenté de 500.000 véhicules par an ses capacités de production, et de vigoureuse offensive commerciale en Amérique du Nord, notamment sur le marché des grosses voitures de type 4x4 ou pickup, le terrain de prédilection des "Big 3" de Detroit (GM, Ford et Chrysler).

Mais pointe aujourd’hui un problème de surcapacité. Pour le moment, Toyota a réagi en gelant des projets d'expansion, en arrêtant ses usines plusieurs jours par mois et en congédiant des milliers d'employés temporaires au Japon.

Certains plaident l'indulgence, personne n'ayant vu venir la crise économique. "Là où il y a une demande, il faut accroître la production. Sinon vous perdez des parts de marché", plaide-t-on chez Toyota. D’autres sont plus sévère.

Dans tous les cas, la pilule est amère pour l'actuel PDG Katsuaki Watanabe, contraint de céder son fauteuil alors qu'il vient de porter son entreprise au firmament mondial. Son successeur, Akio Toyoda, petit-fils du fondateur du groupe, a promis de mettre l'accent sur les voitures respectueuses de l'environnement, domaine dans lequel Toyota possède déjà de sérieux atouts.

Commentaires

Cette voiture me semble commod eet pratique.

Écrit par : Cardinal @ calling cards international | 30/12/2009

C'est une règle parfois ignorée en business, mais il vaut mieux avoir un produit de qualité avec 1000 clients fidèles qu'un produit plus bas de gamme avec 10 000 clients volatiles et qui en plus se plaindront sûrement plus ce qui créera des coûts administratifs importants.

Écrit par : assurance auto moins chère | 03/07/2011

Les commentaires sont fermés.